Le dieu du carnage

Yasmina Reza / Frank Hoffmann

Reprise de la création

04.10.2019 20h00

09.10.2019 10h00

10.10.2019 20h00

12.10.2019 20h00

13.10.2019 17h00

On vient dans leur maison pour arranger les choses et on se fait insulter, et brutaliser, et imposer des cours de citoyenneté planétaire, notre fils a bien fait de cogner le vôtre, et vos droits de l’homme je me torche avec !  Annette

 

Deux couples se rencontrent pour évoquer, sereinement, en principe, une rixe banale entre leurs grands enfants respectifs. Et ça dérape… Un de ces incidents anodins qui dégénèrent en affrontements dramatiques, et qui révèlent chez certains le démon qui sommeillait en eux.

 

Dix ans après la création du Dieu du carnage, la société a encore évolué. La dislocation de la cellule familiale est doublée par celle de l’individu lui-même en proie à un narcissisme dévastateur, sans empathie ni pitié. C’est de ce narcissisme que Frank Hoffmann veut parler dans sa mise en scène. Trop occupés par eux-mêmes, et pour compenser l’abandon affectif de leurs enfants, hommes et femmes d’aujourd’hui développent une surprotection à la mesure de leur mauvaise conscience. Finalement, ce sont eux les mal-aimés, ce sont eux les abandonnés, ce sont eux les véritables enfants. Et comme tels, ils entrent dans un conflit sans merci.

 

Yasmina Reza est la fille d'un père ingénieur juif, mi-iranien, mi-russe, et d’une violoniste hongroise arrivée en France pour fuir la dictature soviétique. Yasmina Reza étudie le théâtre et la sociologie à l'université de Nanterre. Sa pièce «Art» (1994), récompensée par un Molière, fait un triomphe partout dans le monde. Le même humour et la même lucidité caractérisent Le Dieu du carnage (2008) et la plupart de ses œuvres récentes, comme Bella Figura, créée en 2015.

Texte Yasmina Reza

Mise en scène Frank Hoffmann

Décor Christoph Rasche

Costumes Sophie Van den Keybus

Musique René Nuss

Lumière Daniel Sestak

Dramaturgie Andreas Wagner

Assistant mise en scène Patrick Gafron

Garderobe Zo-Vero Ranaivoson

Maquillage Julie Asselborn

Direction technique Zeljko Sestak

Stagiaires Angèle Hochstaeder, Edem Kpakpo, Laura von Blanckenburg (mise en scène), Joanne Klopp (scénographie)

Les costumes ont été réalisés aux Ateliers du TNL sous la direction de Denise Schumann, les masques sur scène par Joanne Klopp, le matériel pédagogique par Mirka Costanzi, le clafoutis par Luca Hoffmann et Angèle Hochstaeder.

Avec Valérie Bodson, François Camus, Jeanne Werner, Serge Wolf

Production Théâtre National du Luxembourg

Ce qu'en dit la presse

Frank Hoffmann livre une vision nouvelle et géniale de ce « carnage ». Un huis-clos magistral, porté par des comédiens lançant ce texte vitriolé avec une folie théâtrale qu’on n’avait pas vue depuis longtemps. Et devant l’universalité de ce texte mettant en scène les clichés d’un vivre ensemble qui s’effrite à mesure des tirades, chacun y trouvera la satire qu’il veut et pourquoi pas même y reconsidérera son propre grade dans cette société qui effectivement, s’engouffre dans les apparences.

 

—  Godefroy Gordet, D’Land

CONTACT US

OFFICE OPENING HOURS

Monday - Friday: 9am - 5pm

194, route de Longwy

L-1940 Luxembourg

Luxembourg

E-mail: info@tnl.lu

  • Grey Twitter Icon
  • Grey Facebook Icon

© 2019 by Théâtre National du Luxembourg