1je ne suis pas de moi_edited.png

JE NE SUIS PAS DE MOI

Roland Dubillard / Maria Machado, Charlotte Escamez

12.11.2022, 20.00

13.11.2022, 17.00

Le sport, l’art, la vie, l’amour et le néant. En mille pages de notes, Les Carnets en marge de Roland Dubillard drainent pensées et rêveries, absurdes et percutantes, toutes matières à méditations, journal d’un fou de génie, truffé de pièges et de jeux de piste, de saynètes et d’aphorismes.

 

Près de dix ans après sa disparition, Roland Dubillard a toujours son lot de fidèles qui, inlassablement, continuent de faire vivre son esprit à travers son œuvre. A commencer par la co-fondatrice de la compagnie Tangente, Maria Machado, qui fut son épouse pendant plus de trente-cinq ans, et Charlotte Escamez, qui l’a accompagné durant ses dernières années en tant que secrétaire littéraire. Les deux metteuses en scène se sont lancé un joli défi: adapter ses Carnets en marge, ce journal de bord, de vie et de création que l’auteur a tenu entre les années 1940 et 1990.

 

Moins connu que ses pièces de théâtre ou que sa poésie, cet ouvrage fait partie de la catégorie des OLNI – objets littéraires non identifiés. C’est un journal entre Kafka et Jules Renard qui fait aussi penser aux Cahiers de Paul Valéry, résumait justement Charlotte Escamez lors d’un entretien sur France Culture. S’y trouvent aussi bien des pensées dérobées que des tranches de vie, des confessions que des rêveries, des ébauches de scènes dramatiques que des aphorismes en cascade. Sans être un journal intime, ce recueil dit beaucoup de l’homme Roland et de la lutte qu’il entretient avec l’écrivain Dubillard. Au fil des pages se dévoile un artiste torturé, en proie au doute malgré ses bons mots, malade d’amour, parfois désenchanté par le théâtre, mais toujours émerveillé par la littérature.

 

Acteur hors norme au cinéma comme au théâtre, Denis Lavant qui a joué au TNL sous la direction de Frank Hoffmann Dans la solitude des champs de coton de Koltès, partage la scène avec Samuel Mercer, autre clown métaphysique. Le duo se lance dans l’exploration des Carnets, une plongée dans le burlesque désespéré d’une œuvre à mille entrées, pleine de noirceurs et de drôleries, de détours philosophiques et d’alcôves surréalistes.

 

Je ne suis pas de moi entraine les spectateurs dans un univers poétique, drôle et surréaliste. L’Humanité

 

Merveilleux, funambulesque. Le Canard enchaîné

Avec
Denis Lavant et Samuel Mercer

Mise en scène : Maria Machado et Charlotte Escamez 

Création lumières : Jean Ridereau
Création sonore : Guillaume Tiger
Vidéo : Maya Mercer
Costumes : Agnès B
Assistante à la mise en scène : Eugénie Divry 

Production : La Compagnie Tangente 

Coproduction : Marie-Cécile Renauld Prod.

Coordination production : Danièle Ridereau 

Diffusion : Hélène Icart (Prima Donna) 

 

Avec le soutien de l'ANCT, la région Île-de-France, le département de l'Essonne, le théâtre Intercommunal d'Étampes (Communauté d'Agglomération de l'étampois Sud-Essonne), la Société des Amis de Roland Dubillard et Lumières des Cinés.

Ce qu'en dit la presse

Je ne suis pas de moi entraine les spectateurs dans un univers poétique, drôle et surréaliste. L’Humanité

 

Merveilleux, funambulesque. Le Canard enchaîné

 

PHOTO2.jpg