Home  /  News  /  La Dispute
Marivaux

La Dispute

Des hommes ou des femmes, lesquels trahissent les premiers? Le Prince et son amante Hermiane s’affrontent en une dispute qui a pour sujet l’inconstance des uns et des autres. Des deux sexes, quel est celui qui a donné «l’exemple de l’infidélité en amour»?

Afin d’apporter une réponse définitive à la question, le Prince propose de mettre en oeuvre les termes d’une expérience que son propre père a posés vingt ans auparavant. Quatre jeunes, deux garçons et deux filles, ont été ainsi élevés, éloignés de tout, étrangers les uns aux autres, en la seule compagnie de deux domestiques noirs. Pas même un miroir ne leur a été accordé pour prendre conscience de leur apparence.

Voilà l’heure venue d’ouvrir les portes de leur enceinte et d’assister en temps réel à la rencontre entre ces quatre jeunes qui vont dans un temps intense se découvrir, se sentir, s’aimer, se désirer, se jalouser, se trahir …

 

Dans La dispute, Marivaux traite de la recherche du plaisir, la quête du soi, la puissance de la jeunesse, le trouble, la frustration et le besoin de reconnaissance du soi par l’Autre. La violence du désir, la peur et la rivalité donnent à la rencontre entre ces quatre jeunes une représentation de l’humanité des sentiments intimes aussi cruelle que magnifique. Le champ de ces découvertes de l’Autre et de l’amour traverse le temps, et la jeunesse d’aujourd’hui a des outils en main, avec l’omniprésence de l’image, des selfies et snapchats qui décuplent le narcissisme ontologique, pour à la fois reproduire et modifier le rapport à soi et ainsi à l’Autre.

 

Après Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée d’Alfred de Musset, Sophie Langevin s’attaque à nouveau aux jeux de l’amour, et sa Dispute portera l’écho de notre monde encore et toujours où tout est cri et jouissance de l’instant.

 

Mise en scène : Sophie Langevin; Dramaturgie : Youness Anzane ; Assistant mise en scène : Jonathan Christoph ;; Scénographie et costumes: Anouk Schiltz ; Chorégraphie : Emmanuela Iacopini  Musique : Rajivan Ayyappan; Lumière : Daniel Sestak ; Maquillage : Jasmine Schmit

Avec :

Christophe Ratandra, Nicole Dogue, Jeanne Werner, Elsa Rauchs, Jérôme Michez, Robin Barde et la voix de Luc Schiltz

 

Une coproduction :

Théâtre National du Luxembourg, Théâtre d’Esch, CAPE Ettelbrück

 

2 mai 2018  4, 7, 13 mai, 20h00

6 mai, 17h00

Représentation scolaire: 9 mai, 10h00

Théâtre National du Luxembourg

16, 17 Mai (10h) 2018 au CAPE d’Ettelbruck
29 et 30 Mai 2018 au Théâtre d‘Esch.